ESSURE® : LA STÉRILISATION A VISÉE CONTRACEPTIVE PAR HYSTÉROSCOPIE

 

 

Essure® est une méthode contraceptive définitive. Elle consiste en l’introduction de micro-implants (petits ressorts) dans les trompes de Fallope par les voies naturelles (vagin et col de l’utérus). Aucune incision n’est nécessaire.

Au cours des semaines qui suivent, une réaction naturelle se produit autour des micro-implants et bouche les trompes. Celle-ci empêche les spermatozoïdes d’atteindre l’ovule de sorte que toute fécondation devient impossible.

Les ovaires continueront à libérer des ovules mais ceux-ci seront résorbés naturellement par l’organisme. Au bout de trois mois, il est nécessaire d’effectuer un test de confirmation, étape importante et incontournable de la procédure. Ce test permet de contrôler la bonne mise en place des micro-implants et vous libère de toute contrainte.

 

 

L'hystéroscopie permet de visualiser la cavité utérine par les voies naturelles et de placer les dispositifs Essure®

 

 

Quelle est la composition des micro-implants ?

Les micro-implants sont composés de fibres de polyéthylène, de nickel-titane et d’acier inoxydable. Ces matériaux ont fait l’objet d’études et sont fréquemment utilisés depuis de nombreuses années en cardiologie (stents) et dans d’autres spécialités.

 

 

 

 

 

Je suis allergique au nickel. Puis-je bénéficier de la pose de dispositifs Essure® ?

 

Le nickel est contenu dans de nombreux aliages que l'on retrouve dans les bijoux fantaisie ou les boutons de pantalons. En cas d'allergie au nickel documentée, c'est-à-dire authentifiée par des test allergiques réalisés par un allergologue, la pose de dispositifs Essure® n'est pas possible. La stérilisation tubaire est alors réalisée par cœlioscopie en retirant une partie ou la totalité de chaque trompe.

Quel est le mécanisme d'action de l’Essure®? Pourquoi attendre trois mois après l’opération pour arrêter la contraception ?

 

La pose d’un micro-implant dans chacune des trompes de Fallope entraîne une fibrose en trois mois qui bouche la trompe. Le sperme ne peut plus accéder à l’ovule, empêchant ainsi toute fécondation.

 

Ce n'est pas le ressort qui bouche la trompe, ce sont des petits fils de polyéthylène qui entraînent le rétrécissement progressif du diamètre puis sa fermeture totale. Le ressort est juste là pour maintenir les fils en place au bon endroit.

A quel âge peut-on bénéficier d’une ligature

de trompe ?

La loi n° 2001-588 du 4 juillet 2001 autorise toute personne majeure, bien informée sur les différents moyens de contraception, à bénéficier d'une stérilisation. Dans la pratique, nous réalisons ce geste plutôt après 35 ans.

 

Le chirurgien peut-il refuser de réaliser cette opération si je la demande ?

 

Le chirurgien se réserve le droit de refuser votre demande, notamment s'il perçoit que vous n'êtes pas prête pour ce geste définitif et irréversible. Cela est annoncé dès la première consultation. Il peut dans ce cas vous adresser à un autre confrère. En cas d’hésitation, l’avis d’un psychologue peut être demandé.

 

Y’a-t-il des conditions particulières ?

 

Une procédure particulière est à respecter : respect d'un délai de réflexion de quatre mois, remise d'un livret d’information, signature à deux reprises d'une feuille de consentement… Tous les détails sont disponibles dans le livret "stérilisation à visée contraceptiveédité par le Ministère de la Santé.

En quoi consiste le test de confirmation trois mois après la pose ?

Le test de confirmation Essure® a lieu trois mois après l’implantation afin de laisser le temps à votre corps de créer une barrière naturelle autour des micro-implants Essure®. Pendant cette période, vous devrez continuer à utiliser une autre méthode de contraception pour éviter de tomber enceinte.

 

Ce test est une radiographie et/ou une échographie de confirmation du positionnement des micro-implants.  Après la confirmation, vous saurez que la méthode de contraception Essure® utilisée seule est fiable.

 

Selon les résultats de votre radiographie, un deuxième test de confirmation peut s’avérer nécessaire. Ce test (hystérographie) utilise un type de colorant spécial et la radiographie permet de confirmer le bon positionnement des implants et ’obturation des trompes de Fallope. Vous devrez continuer à utiliser une autre méthode de contraception jusqu’à la confirmation directe du positionnement par votre médecin.

 

 

Que se passe-t-il après l’intervention

 

Vous pouvez éventuellement ressentir des crampes légères comme celles de vos menstruations. Après une période de surveillance rapide, vous pourrez quitter le service, et vous reposer pour le reste de la journée. La plupart des femmes peuvent retourner au travail et aux activités quotidiennes le lendemain de l’intervention. Les relations sexuelles peuvent être reprises habituellement deux jours après le traitement.

J'ai bénéficié de la pose de dispositifs Essure®. Puis-je faire une IRM ou un scanner ?

Aucun problème !

Puis-je faire confiance à la méthode Essure® ?

Oui, Essure® est efficace à 99,8 %.

 

L’intervention est-elle douloureuse ?

Habituellement, non. Certaines femmes signalent un inconfort ou des crampes légères, similaires à celles d’un cycle menstruel normal, lors de l’intervention ou après celle-ci.

 

La méthode Essure® est-elle réversible ?

Non, la méthode Essure® n’est pas réversible. Comme pour la ligature des trompes, Essure® est une contraception définitive. Vous devez donc être certaine que vous ne souhaitez plus avoir d’enfant.

 

Aurai-je encore mes règles ?

 

Oui, votre corps reprendra son cycle naturel. Certaines utilisatrices d’Essure® trouvent que leurs règles ont changé par la suite, devenant plus ou moins importantes. Ces modifications sont souvent temporaires et résultent habituellement de l’arrêt du traitement hormonal.

Peut-on poser Essure® sans anesthésie ?

Oui. Les patientes qui suivent cette procédure affirment que la douleur ressentie est en moyenne de 5 (pendant quelques instants) sur une échelle allant de 1 à 10. L’avantage de cette procédure repose dans sa simplicité : pas de consultation d’anesthésie, pas de bilan préopératoire (sauf test de grossesse obligatoire), pas besoin d’être à jeun, arrivée quelques minutes avant la pose, départ une heure après. Une grande majorité des patientes choisit cette procédure.

 

Comment se passe la pose de dispositifs Essure® sans anesthésie ?

Vous avez pris une douche antiseptique la veille et le matin de l’intervention. Quelques médicaments sont à prendre la veille et avant la pose. Vous arrivez dans le service. Un brancardier vous emmène au bloc. On vous installe. Réalisation d’une petite toilette antiseptique. Introduction de l’hystéroscope sans spéculum, Vous pouvez, si vous le souhaitez, suivre l'intervention en direct sur l’écran de contrôle.

 

Vous ressentez de l’eau tiède dans le vagin. Au passage du col, éventuelle sensation de spasme désagréable. La caméra visualise l’utérus et au fond, de chaque coté, le départ des deux trompes. On se positionne devant l’une d’elles. On y introduit le dispositif qui s’y déplie très vite : nouvelle sensation désagréable passagère. Pose de l’autre coté. Clichés photographiques et l’on retire l’hystéroscope. L’ensemble dure le plus souvent moins de 8 minutes.

Y a-t-il des risques opératoires ?

Oui, comme toute intervention chirurgicale. Cependant, les risques associés à cette intervention sont très limités et bien inférieurs à ceux liés à la ligature de trompe par cœlioscopie.

  • Le risque principal, c’est l’échec de pose (5 à 10% des cas) lié à un spasme ou à une forme particulière de l’utérus ou de la trompe elle-même.

  • Le second risque, c’est la mauvaise pose (perforation, torsion du dispositif…). La découverte d’une mauvaise pose peut être immédiate (au moment de la pose) ou lors du contrôle par échographie et/ou radiologie à 3 mois.

Dans ces deux cas, il y a risque de grossesse si on ne fait rien ; il faut donc avoir recours à la ligature par cœlioscopie.

Les risques d’hémorragie et d’infection sont très limités. Enfin, il y a toujours le risque anesthésique le cas échéant.


J'ai lu sur internet que certaines patientes avaient des problèmes après la pose des dispositifs Essure. Que faut-il en penser ?

 

Certaines patientes se plaignent de douleurs : attention, si vous avez pris longtemps la pilule et que vous l'arrêtez, les ovaires qui n'étaient pas actifs se remettent en route et cette activité ovarienne peut être ressentie. C'est l'arrêt de la pilule qui est douloureux, pas les Essure. Cependant, une pose imparfaite (avec perforation) peut être responsable de douleurs.

Certaines patientes se plaignent de la survenue de saignements : là encore, la pilule pouvait masquer les symptômes d'un utérus qui avait tendance à saigner. Ne pas oublier qu'à l'âge où on pose les Essure, beaucoup de femmes commencent à avoir des problèmes de saignements...

Certaines patientes affirment se  gratter la peau depuis la pose d'Essure et attribuent ce problème à la composition des dispositifs Essure : il n'y a pas d'observation ou de réponse scientifique à ce sujet pour l'instant.

 

 

En juin 2016, le Collège national des gynécologues obstétriciens français  signale qu'il va prendre un certain nombre d’initiatives (groupe de travail, recueil de données) afin d’apporter sa contribution à ces questions.

Source : Dr Vincent Ducrotoy (Chirurgien-Obstétricien-Gynécologue) - www.ch-belvedere.fr


LA STÉRILISATION A VISÉE CONTRACEPTIVE PAR COELIOSCOPIE

Technique qui consiste à empêcher le passage de l’ovule dans la trompe de manière immédiate.

Ceci peut être réalisé :

 

soit en sectionnant la trompe puis en la ligaturant, soit par électrocoagulation,soit en appliquant un clip. Dans la majorité des cas, l’intervention se fait sous anesthésie générale.

 

On accède aux trompes par différentes techniques plus ou moins invasives :

 

La cœlioscopie (une petite incision dans le nombril qui permet d’introduire une mini caméra et des instruments) une légère incision au niveau du haut du pubis, ou au fond du vagin ou encore lors d’une autre opération qui nécessite d’ouvrir l’abdomen.

(Source : www.gynandco.fr)