Description et Composition de l'implant Essure®

Description de l'implant Essure®

L'implant de 4 cm de long était introduit dans les trompes de Fallope (pose bilatérale) par les voies naturelles (vagin et col de l'utérus) par hystéroscopie (stérilisation hystéroscopique).

 

Il s'agit d'un ressort composé de 3 éléments :

  • le centre du dispositif est en acier inoxydable,
  • des fibres actives de polyéthylène de téréphtalate (PET) à l'intérieur du dispositif permettent l'obstruction de la trompe de Fallope par la formation d'une fibrose,
  • un ressort extérieur composé d'un alliage de nickel et de titane (nitinol) qui permet le maintien de l'implant dans la trompe.

La pose du dispositif médical Essure® pouvait se faire sans anesthésie générale. L'efficacité de la stérilisation hystéroscopique était efficace au bout de 3 mois après la pose, temps nécessaire pour la formation de la fibrose.

 

Une radio de contrôle était prescrite systématiquement pour confirmer ou non la bonne pose du dispositif médical Essure®. 


Essure implant ligature des trompes
Implant Essure ESS305 non déployé - (l'image n'est pas à l'échelle)
Essure implant déployé ligature des trompes
Implant Essure ESS305 déployé - (l'image n'est pas à l'échelle)

Composition détaillée d'Essure®

Essure® est composé d'une spirale externe en nitinol (alliage nickel-titane), d'une spirale interne en acier inoxydable recouverte de fibres de polyéthylène téréphtalate (PET), de deux anneaux repères en platine et d'une soudure argent-étain.

  • Nickel (Ni),
  • titane (Ti),
  • chrome (Cr),
  • fer (Fe),
  • étain (Sn),
  • argent (Ag),
  • platine (Pt),
  • iridium (Ir),
  • fibres de polyéthylène de téréphtalate (PET).

Composition Essure® : nickel, titane, chrome, fer, étain, argent, platine, iridium et fibres de Polyéthylène téréphthalate
Source : ANSM - CSST - Composition du dispositif médical Essure ESS305
essure-ess205-ess305-stérilisation-tubaire-ligature-des-trompes-de-fallope

Essure® a été commercialisé à partir de 2002. Il n'est plus commercialisé ni posé en France depuis le 18 septembre 2017.

200 000 femmes ont été "implantées" de ce dispositif médical en France.