Description et Composition de l'implant Essure®


Description de l'implant Essure®

L'implant de 4 cm de long était introduit dans les trompes de Fallope (pose bilatérale) par les voies naturelles (vagin et utérus) par hystéroscopie (stérilisation hystéroscopique).

 

Il s'agit d'un ressort composé de 3 éléments :

  • le centre du dispositif est en acier inoxydable,
  • des fibres actives de polyéthylène de téréphtalate (PET) à l'intérieur du dispositif permettent l'obstruction de la trompe de Fallope par la formation d'une fibrose,
  • un ressort extérieur composé d'un alliage de nickel et de titane (nitinol) qui permet le maintien de l'implant dans la trompe.

La pose du dispositif médical Essure® pouvait se faire sans anesthésie générale. L'efficacité de la stérilisation hystéroscopique était efficace au bout de 3 mois après la pose, temps nécessaire pour la formation de la fibrose.

 

Une radio de contrôle était prescrite systématiquement pour confirmer ou non la bonne pose du dispositif médical Essure®. 


Essure implant ligature des trompes
Implant Essure ESS305 non déployé - (l'image n'est pas à l'échelle)
Essure implant déployé ligature des trompes
Implant Essure ESS305 déployé - (l'image n'est pas à l'échelle)

Composition détaillée d'Essure®

Essure® est composé d'une spirale externe en nitinol (alliage nickel-titane), d'une spirale interne en acier inoxydable recouverte de fibres de polyéthylène téréphtalate (PET), de deux anneaux repères en platine et d'une soudure argent-étain.

  • Nickel (Ni),
  • titane (Ti),
  • chrome (Cr),
  • fer (Fe),
  • étain (Sn),
  • argent (Ag),
  • platine (Pt),
  • iridium (Ir),
  • fibres de polyéthylène de téréphtalate (PET).

Composition Essure® : nickel, titane, chrome, fer, étain, argent, platine, iridium et fibres de Polyéthylène téréphthalate
Source : ANSM - CSST - Composition du dispositif médical Essure ESS305

Essure - stérilisation-tubaire Ligature des trompes de fallope

 

Essure® a été commercialisé à partir de 2002. Il n'est plus commercialisé ni posé en France depuis le 18 septembre 2017.

200 000 femmes ont été "implantées" de ce dispositif médical en France.


Pour aller plus loin...