Notre permanence téléphonique 07 71 64 78 40 est à votre disposition 

 

du lundi au vendredi de 9h à 11h30 et de 13h30 à 17h30


Le dispositif ESSURE® ne doit en aucun cas être COUPÉ , TIRÉ ou CASSÉ pendant le retrait. Il doit être retiré ENTIER et INTACT !


Pétition destinée à la Ministre de la Santé

Suivez-nous sur Facebook :



 * APPEL À LA VIGILANCE *

R.E.S.I.S.T. appelle officiellement les femmes porteuses d'Essure qui n'ont PAS DE PROBLÈME à ne pas se faire retirer le dispositif mais à se rapprocher de leur gynécologue pour mettre en place un suivi adapté.

 

En l’absence de protocole de retrait, c’est à vous qu’il revient de connaître les précautions qu’un chirurgien doit prendre pour ce retrait et donc à être très vigilante sur ce qu’il/elle vous expliquera lors de votre rendez-vous.

 

Pour cela, il vous faudra parfaitement maîtriser le sujet...

 

Il ne s’agit plus de juste faire confiance… C’est de votre corps, de votre santé dont il s’agit et c’est pour vous en sortir que vous faites cette démarche. Prenez le temps de comprendre comment est fait un implant Essure, où il doit être lorsqu’il est bien positionné, sa composition. Un minimum de connaissances en anatomie vous serait très utile également.

 

Comprenez qu’il ne s’agit pas simplement d’enlever les trompes ou/et l’utérus mais d’une explantation d’un dispositif Essure qui n’a pas été́ prévu à la base pour être retiré, donc on ne se permet pas d’y aller « à l’aveugle »… 

 

Très peu de chirurgiens sont formés pour le retrait de ces implants !

 

Il FAUT ENLEVER les implants Essure ENTIERS / INTACTS (on ne tire pas, ne coupe pas, ne casse pas)...

 

Prenez en compte, dans votre choix de l’intervention, les risques qu’il y ait des fragments du dispositif ou des fibres PET qui subsistent.

 

Prenez quelques précautions :

 

AVANT l’intervention : bien localiser l’emplacement des implants (écho 3D, radio ASP,...)

APRES l’intervention : radio ASP de contrôle obligatoire ce qui vous permettra de vérifier le résultat de l’explantation et vous permettra aussi de « tourner la page ».

 

Nous comprenons votre soulagement lorsque vous trouvez un gynécologue qui est d’accord de vous les retirer… mais prenez un temps de réflexion pour poser toutes vos questions, pour comprendre la technique qu’il emploiera lors du retrait, pour vous assurer qu’il prend en compte votre passé médical, vos antécédents... Demandez-lui de vous faire un schéma... Pour vous laisser le temps d’accepter ce qui vous arrive aussi.

 

Vous avez eu un délai de réflexion pour la pose des implants, nous vous conseillons vivement d’en prendre un pour le retrait également.

 

Cela vous permettra de mettre à plat toutes vos questions, d’aller les poser à d’autres E-Sisters, de prendre un 2ème ou un 3ème avis si nécessaire et de comprendre l’intervention que vous allez subir. N’acceptez jamais une intervention dont vous n’avez pas compris les termes ! Vous devez comprendre parfaitement la technique qu’utilisera le chirurgien.

Ne signez pas un consentement éclairé d’intervention si vous avez encore des « zones d’ombres ».

 

PETIT CONSEIL :

Lors d’un rendez-vous, n’ayez aucun scrupule à dire :

 « Je suis soulagée de savoir que vous me proposez une date de retrait, mais je me donne quelques jours pour réfléchir et m’organiser et également revenir vers vous si j’ai d’autres précisions à apporter ou questions à vous poser »...

 

Et surtout … n’hésitez pas à vous rapprocher de R.E.S.I.S.T.


RAPPEL : Les médecins, chirurgiens dentistes, sages femmes, pharmaciens ont l'obligation de signaler tout effet indésirable suspecté d’être dû à un médicament ou produit au centre régional de pharmacovigilance dont il dépend.

 

Cependant tout autre professionnel de santé ayant connaissance d'un effet indésirable susceptible d'être dû à un médicament ou produit peut également en faire la déclaration auprès du centre régional de pharmacovigilance dont il dépend. La déclaration est immédiate.

 

Depuis le 13 mars 2017 , les professionnels de santé ou les usagers peuvent signaler en quelques clics aux autorités sanitaires tout événement indésirable sur le site signalement-sante.gouv.fr , dont les effets indésirables, incidents ou risques d'incidents liés aux produits de santé.

 

Il est très important pour toutes les patientes et professionnels de santé de bien faire un signalement afin de contribuer à la reconnaissance des effets indésirables du dispositif Essure®. 

Marisol Touraine ouvre le site signalement-sante.gouv.fr pour que chaque Français puisse signaler facilement, à tout moment, un événement sanitaire indésirable.

 

Pour renforcer la vigilance en matière de sécurité sanitaire et simplifier les démarches de signalement, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, ouvre aujourd’hui le portail signalement-sante.gouv.fr.

 

Prévu par la loi de modernisation de notre système de santé, ce site permet aux professionnels et aux usagers de signaler en quelques clics aux autorités sanitaires tout événement indésirable ou tout effet inhabituel ayant un impact négatif sur la santé.